Rosa Candida

Rosa Candida

d’Auður Ava Olafsdottir, femme écrivain Islandaise (1958 – …) et traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson.
Editeur(s) Honfleur (Calvados) : Zulma, 2010.
332 pages

img_20170208_072624_532.jpg

 

Résumé : 

Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens.
Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s’en rendre compte les dernières paroles d’une mère adorée.
Un lien les unissait: le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C’est là qu’Arnljótur aura aimé Anna, une amie d’un ami, un petit bout de nuit, et l’aura mise innocemment enceinte.
En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d’Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.

 

Ce que j’en pense ? 

Un roman doux et agréable à lire, il m’a permis de m’évader petit à petit à travers les pensées d’Arnljótur, qui se trouve être en quête initiatique délicate et fragile. 

img_20170320_175301_143.jpg

L’histoire est centrée sur les émotions du jeune homme, retraçant son entrée dans le monde des adultes.

Tout comme Arnljótur, je suis en quête initiatique, je suis à la recherche d’un emploi qui me corresponde, je suis célibataire et indépendante et ne me sens pas forcément prête pour aborder tous ces sujets sérieux tels que créer un foyer, fonder une famille… je suis aussi très proche de ma famille. Cela a été facile pour moi de m’identifier au personnage et difficile de ne pas être attendrie par son histoire

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans l’écriture de l’auteure, ce sont les phrases simples et les chapitres courts. Cela rend l’histoire délicate, voire fragile. Une lecture calme et rapide, parfait pour moi qui travaillait en tant qu’animatrice de colo. N’ayant pas beaucoup de temps pour moi, j’ai apprécié m’échapper facilement dans l’univers d’Arnljótur quelques minutes par-ci, par-là.

L’auteure a pris le parti de ne mettre peu d’indicateurs spatio-temporels. Une seule chose compte : les émotions et les pensées du jeune Arnljótur. Cela m’a donné l’impression d’être coincées à l’intérieur de sa tête, sans pouvoir admirer et profiter de ce qu’il y a à l’extérieur. Je m’imaginais l’Islande (puisque l’Auteur y est originaire) mais jamais je n’ai été sûre que ça soit bien là-bas que l’histoire se passait.

Au vu du peu d’action que livre l’histoire, je me demande si j’avais lu le livre en dehors du travail, l’aurai-je autant apprécié ? Me serai-je ennuyée ?


En tout cas, je ne regrette pas d’avoir lu ce roman. J’ai beaucoup apprécié cette douce lecture, retraçant la très belle histoire du jeune Arnljótur devenant un heureux papa.

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s